Devoirs sans stress, les 10 astuces à adopter.

En cette période de confinement, chaque jour apporte son lot de devoirs via Internet. Par mail pour les élèves de primaire ou par Pronote (ou autre logiciel) pour les collégiens. Vous n’en voyez pas la fin et l’ambiance à la maison est tendue ? Vous hésitez entre le découragement et l’envie de tenir bon ? Surtout ne culpabilisez pas ! Sachez que si tout n’est pas parfaitement fait, les professeurs seront indulgents et les nouvelles notions revues en cours.

-Vous êtes au chômage technique et avez du temps ? Profitez-en pour remettre à plat les techniques de travail scolaire de l’enfant grâce aux dix points détaillés plus bas. Après le confinement, l’enfant sera plus autonome pour les devoirs et les tensions habituelles fortement diminuées.

– Vous continuez de travailler ? Pas facile de tout concilier ! Picorez, au fil de l’article, des astuces facilement applicables qui aideront l’enfant. 

L’article étant long, je vous propose de :
– l’enregistrer dans vos favoris pour l’avoir sous la main.
– le recevoir par mail (avec les 2 pdf « le test de mémoire » et « travailler mémoire et concentration en s’amusant ») en remplissant la case :

 
– cliquer sur le titre du plan pour retrouver la partie que vous cherchez. Pour revenir au plan, une flèche grise apparaîtra en bas à droite.

 Et voici mon (bon) plan : 
Il ne veut pas faire ses devoirs parce qu’il a déjà tout compris ?
Comment aider son enfant à faire ses devoirs ?
       1 – Renforcer la complicité entre l’enfant et vous.
       2 – La mise en place d’une routine.
       3 – Posséder son espace.
       4 – Savoir s’organiser.
       5 – Apprendre l’autonomie.
       6 – Connaître son cerveau pour bien utiliser sa mémoire.
       7 – Garder sa concentration.
       8 – Des liens Internet (très) utiles (cours tous niveaux)
       9 – Maintenir le rythme.
     10 – Une vie saine.

Il ne veut pas faire ses devoirs parce qu’il a déjà tout compris ?

Sur le court terme, il est vrai que c’est un avantage. Les autres parents vous envient lorsqu’ils passent ¾ d’heure à faire apprendre une récitation ou à expliquer les subtilités des retenues dans la multiplication. Mais vous avez plus ou moins conscience que votre enfant n’apprend pas à apprendre. Et la notion d’effort lui est aussi inconnue que la formule ayant rendue célèbre Einstein pour un candidat de télé-réalité. Ce qui deviendra un vrai problème au collège ou au lycée et il sera alors beaucoup plus difficile d’apprendre les bonnes habitudes. Autant demander à un ado, qui n’a jamais mis les pieds dans la cuisine, de préparer tous ses repas lui-même ! Aussi, vous pouvez lui expliquer que les devoirs ne servent pas à apprendre mais qu’ils sont un entraînement pour se concentrer, s’appliquer et faire l’effort d’aller au bout d’un exercice (même s’il est trop facile). Tout cela ayant pour but de lui faciliter la vie durant toutes ses années d’études. Parce que son cerveau, bien que très performant, doit intégrer ces rituels assez tôt pour qu’ils soient acquis avant le collège. Comme un coureur de fond, même très doué, doit s’entraîner des années et pas seulement 1 mois avant une course.
Cette explication est valable également pour les enfants refusant les devoirs car « la maitresse dit qu’on est pas obligé. » Dans ce cas-là, vous pouvez remplacer une leçon acquise en classe ou un exercice qu’il maîtrise déjà par une activité nécessitant pour lui réflexion et persévérance (d’une durée de 10 mn pour les cp, 15 mn pour les CE1, 1/2 heure pour les cm2, etc). Voici quelques exemples d’activités (avec des liens vers les articles) : cahiers d’énigmes, jeu de logique pour un seul joueur, etc. Le but est d’aller au bout de l’activité (comme par exemple ne pas abandonner un défi d’un jeu de logique). Mais l’enfant doit faire, a minima, une chose demandée par l’école. L’idée étant de ne pas zapper l’ensemble des devoirs afin que l’élève prenne l’habitude de travailler sur des sujets qui ne le passionnent pas toujours. Car ce sera parfois (souvent !) le cas au collège et le refus de travailler sera d’autant plus fort. En moyenne, le point de rupture se situe vers la 5 ème.   

Comment aider son enfant à faire ses devoirs ?

Le parcours est souvent celui-ci : en cp, l’élève adore faire ses devoirs, puis du ce1 au cm2, il les fait de plus en plus rapidement, en pensant à ce qu’il fera après (surtout si le grand frère est devant un jeu vidéo ou un youtubeur !). Au collège, les devoirs sont source de conflits et bâclés au dernier moment.

Si votre enfant est en primaire, la prévention est de mise. Mettre en place avec lui ce programme le rendra autonome et il saura s’adapter sans efforts à chaque étape de ses études.

Votre enfant est au collège et vous cherchez comment remettre un ado au travail ? Votre mission, si vous l’acceptez, sera délicate mais pas impossible ! Suivez ce programme dont les 10 astuces sont présentées dans un ordre à peu près chronologique.

Astuce 1 – Renforcer la complicité entre l’enfant et vous.

Oui, nous sommes d’accord : l’enfant ne va pas accepter d’emblée de changer ses (mauvaises) habitudes. Si les devoirs sont habituellement une source de conflits, le confinement est l’occasion de prendre le temps de poser des règles de vie pour le bien de tous. À condition exceptionnelle, règle nouvelle. L’enfant est capable de comprendre cela. Et la première des règles à poser, est la plage horaire « télé », « ordi », « téléphone » etc. Cela évitera de tenter en vain de rendre réceptif à l’accord du participe passé, un enfant qui vient d’ingurgiter 3h de jeu vidéo ! Votre ado est scotché à ses jeux vidéo et vous savez d’avance qu’il refusera ? Pour arriver à vos fins (c’est-à-dire pas de jeu vidéo ou autre écran le matin et les devoirs dans la bonne humeur), vous allez devoir le chercher sur son terrain de jeu pour mieux l’amener sur le vôtre. Un après-midi, jouez avec lui à Mario (ou une partie de tennis via la wii), puis proposez un bon goûter (portables éteints). Entamez alors le dialogue en évoquant les conflits au moment des devoirs.
Mettez-vous dans la peau d’une psy (ça aide à rester zen) et amenez-le à verbaliser le fait que sa vie serait plus belle sans ces éternelles disputes. Disputes qui ne disparaitront pas comme par magie. La seule solution est donc d’apprendre à gérer ses devoirs pour qu’ils ne soient plus une source de conflits. En gros, il doit être le maître de ses devoirs et non en être l’esclave ! Une bonne discussion apaisée permettra d’entériner son accord.

Article à lire pour un moment complice entre parent et fan du jeu vidéo Minecraft.

Pour les plus jeunes, la discussion sera lancée dans un moment apaisé comme celui du câlin du soir, après avoir échangé sur des sujets qui lui plaisent. L’enfant sera alors plus réceptif. Expliquez-lui que, dans la guerre des devoirs, vous n’êtes pas contre lui. Au contraire, vous et lui allez former une équipe pour être plus forts que ces devoirs ! Une équipe gagnante qui va relever le défi dès le lendemain. Tout en suivant les différentes astuces, focalisez en premier sur une petite tâche précise pour que l’enfant gagne en confiance. Ce peut être tout simplement de réécrire une leçon de manière lisible ou bien de finir un exercice de calcul. Évidemment tout ne sera pas parfait dès le premier jour (et même les suivants !). C’est pourquoi il est important que l’enfant sache que cela demandera du temps et que le but est de trouver chaque jour des petites solutions pour faciliter les devoirs et non de tout faire bien dès le début !

Les devoirs ne doivent pas être la seule activité partagée avec l’enfant. Ressortez les jeux de société ! La bonne humeur qu’ils génèrent diminuera inconsciemment l’anxiété de l’enfant face au parent, au moment des devoirs.

Astuce 2 – La mise en place d’une routine.

Chaque jour, à la même heure.
La mise en place d’une routine permet à notre cerveau (et notre corps), de faire les choses plus facilement. La volonté nécessaire pour se mettre aux devoirs est moindre lorsque l’acte est répété régulièrement.  

Sans distraction qui gêne la concentration
Le cerveau doit être libre pour se concentrer. Donc pas de télé en fond sonore et le smartphone doit être éteint et non à portée de main. Oui, ce sera le point le plus difficile à faire accepter aux ados. Présentez-lui comme un jeu type Koh-Lanta ou En terre inconnue où les participants se libèrent de leur objet fétiche. Et si l’envie de rajouter « et ça tombe bien parce que faire ses devoirs, pour toi, c’est vraiment En terre inconnue », jaugez le niveau d’humour ambiant…  

Un rituel rapide pour se mettre dans l’ambiance.
Suivez ce lien vers un petit exercice physique et ludique de 2 mn à incorporer dans la routine (si vous avez demandé l’article par mail, le lien sera également dans le mail). Cet exercice permet d’augmenter la concentration rapidement. 

-Une petite affiche.
Réalisée par l’enfant, elle listera clairement les points à ne pas oublier. Il pourra ainsi cocher (les premiers jours) au fur et à mesure, ce qui est fait (sortir les affaires, faire l’exercice zen de 2 mn, les maths, le français, etc). L’enfant est fier de cocher ce qu’il a fini et cela le stimule pour poursuivre.
        

Astuce 3 – Posséder son espace

où faire les devoirs ? bureau ou salon.

Devoirs zen. Se sentir bien dans son espace.

L’enfant doit-il faire ses devoirs dans sa chambre, bien assis derrière son bureau ? Personnellement, lorsque j’étais enfant, j’aimais m’installer seule devant mon bureau. Mais ce n’est pas le cas de tous les enfants. Mon fils préférait la table du salon pour les exercices écrits et le canapé pour les récitations (les vers sortaient mieux les pieds en l’air et la tête en bas !).­ Plus que le lieu, le plus important est le calme qui permet une meilleure concentration. Pas de grand frère qui joue à la console à côté ou de télé en fond sonore ! Souvent, en primaire, les enfants préfèrent le salon, alors que les collégiens vont se retrancher dans leur chambre (pas forcément pour se jeter sur leurs devoirs !).
Le relooking de l’espace bureau sera présenté comme la première étape du plan de remise aux devoirs. Ça ne devrait pas être trop douloureux. On y va en douceur. Cette étape sera l’occasion de trier les cahiers et de subtilement passer à l’astuce n°4…

Astuce 4 – Savoir s’organiser pour un gain de temps et d’énergie !

Profitons du temps de confinement pour un bon ménage de printemps dans le cartable et le bureau.

Astuce pour organiser ses affaires scolaires.

Avez-vous déjà entendu cette phrase : «J’ai pas écrit les devoirs parce que j’avais oublié mon agenda/cahier de texte à la maison » ou bien « J’ai pas le cours de géographie parce que j’avais oublié mon cahier et j’ai perdu la feuille volante. » ? C’est le genre de phrase qui donne d’emblée une mauvaise tournure au redouté moment des devoirs. L’enfant sera alors en position de défense ou d’agressivité pour contrecarrer la déception qu’il s’imagine percevoir chez vous. Pour éviter cette situation, je vous renvoie vers l’article  ‘organiser ses affaires scolaires’.

Astuce 5 – Apprendre l’autonomie et la persévérance.

À quel âge un enfant doit-il faire ses devoirs tout seul ? En fait, ce n’est pas une question d’âge mais d’autonomie et de difficulté. Un enfant de 7 ans peut se débrouiller tout seul pour relire quelques phrases tandis que sa sœur en 6e aura besoin d’aide pour préparer un exposé. L’astuce est de prendre conscience qu’aider son enfant est toujours l’occasion de lui apprendre l’autonomie. On ne donne pas la réponse mais on indique comment la trouver.

On perd un peu de temps aujourd’hui pour en gagner des tonnes plus tard ! Apprenez à votre enfant à pêcher et il ne vous demandera pas chaque jour du poisson 😉 Soyez conscient qu’il n’est jamais trop tôt pour lancer la ligne ! Vous vous remercierez lorsque votre enfant sera au lycée ou en études post bac. Il est plus important pour un élève de savoir trouver une solution tout seul devant un problème que de maitriser les tables de multiplication (oui, connaître les tables, c’est bien aussi 😉 ) Avoir les bons réflexes devant une difficulté est une sacrée qualité pour la vie entière ! Et non, cela ne s’apprend pas à 18 ans ! C’est tout bête, mais si votre enfant éprouve des difficultés, ne vous jetez pas sur la page des exercices. Apprenez-lui à rechercher seul et à revoir la leçon correspondante AVANT. Dites-lui que le but est de le rendre plus fort avant d’attaquer les exercices. Exactement comme Batman prend sa Batmobile pour être plus fort ! Si la leçon ne lui semble pas plus claire, on ne jette pas l’éponge car il y a toujours des memos dans le livre. Et pour être encore plus fort, il peut se faire ses propres mémos en couleur. Ça peut être une carte mentale ou une affiche présentant, par exemple, une seule addition avec retenue illustrée de dessins juste pour faire joli. Cette affiche ravivera la mémoire de l’enfant en se trouvant au niveau des yeux devant son bureau (ou aux toilettes, comme mon fils l’a fait pour les verbes irréguliers en anglais !). Pour des mémos tout prêts et simplifiés, je vous conseille ceux des cahiers de vacances comme les Passeports présentés ICI. D’ailleurs, les cahiers de vacances sont excellents pour apprendre l’autonomie en douceur durant les vacances. Je vous explique dans cet article comment les utiliser pour améliorer les devoirs.

Astuce 6 – Connaître son cerveau pour bien utiliser sa mémoire

Le jour de la rentrée scolaire, mes élèves de 6e avaient droit à un test. « C’est comme dans les magazines » m’a dit un jour une élève surexcitée. Pourtant, le test ne lui promettait pas de savoir quel héros d’Harry Potter elle était ! Cependant, il les concernait tous puisqu’il s’agissait de savoir comment fonctionnait leur cerveau ! Avaient-ils une mémoire plutôt visuelle, auditive ou kinesthésique (à l’aide de mouvements corporels)?

Pour bien apprendre une leçon, Jade s’imagine la réciter en classe, Anaïs la réécrit avec des feutres de couleur et Yoan la joue en gesticulant de manière théâtrale. Trois techniques différentes qu’ils ont adoptées après avoir fait le test « Quel type de mémoire as-tu ? ». Ce test a été mis au point par André Giordan qui est l’auteur des excellents petits livres Apprendre à apprendre et Apprendre à réviser (à offrir aux lycéens et étudiants!). J’ai retravaillé la présentation et adapté les conseils aux élèves de primaire et de collège. Il suffit de Cliquer ICI pour ouvrir le pdf de 7 pages.

Astuce 7 – Garder sa concentration

comment faire faire ses devoirs à un ado au collège Une activité est particulièrement amusante et efficace pour entretenir sa concentration, il s’agit du jeu de société ! Attention, je ne parle pas des jeux estampillés “pédagogiques” (marketing, quand tu nous tiens!) et encore moins des applications numériques ! Je parle de ces pépites qui sortent chaque année du cerveau de passionnés. Je vous en présente régulièrement sur ma page JEUXSi vous n’êtes pas fan de jeux de société, c’est que vous les connaissez mal. Testez le petit jeu Dream on!, vous allez adorer ! Il fait travailler la mémoire de toute la famille et les fous rires sont garantis !
De mon côté, j’ai mis au point des petites activités imprimables (pdf de11 pages)
pour apprendre à se concentrer en s’amusant. La partie ‘jouer avec les mots’ est parfaite pour entraîner sa mémoire en adoptant la bonne méthode révélée par le test de l’astuce n°6.

Astuce 8 – Des liens Internet utiles 

Ces liens peuvent être un simple skype avec une tante un peu pédagogue, histoire de varier les points de vue.
Les liens qui tournent sur les réseaux sociaux sont Lumni ou Jeuxpedago. Très fouillis et pas toujours pédagogiques.

Le plus complet (et qui colle vraiment au programme) est bien sûr le CNED qui propose exceptionnellement 4 semaines de cours complets gratuits (programme établi dans toutes les matières, exercices pdf ou en courtes  vidéos, livres numériques, etc). Comme c’est gratuit, il n’y a pas de corrections. Il suffit de s’inscrire.  
niveau primaire (maternelle au CM2) 
niveau collège
niveau lycée 

Et si votre enfant est encore en mal d’exercices (il y en a !), ils trouveront leur bonheur sur le le site http://www.pass-education.fr qui est plutôt bien fait (payant mais ça reste raisonnable)..

Si vous recherchez des activités ludiques « hors écran » (et gratuites et pédagogiques!) pour de vrais apprentissages en rapport avec les matières scolaires, voyez du côté des blogs de professeurs des écoles.
Par exemple, vous trouverez des jeux de cartes pédagogiques à imprimer chez http://apreslaclasse.net  ou https://www.hugolescargot.com/apprendre/

Astuce 9 – Maintenir le rythme

Comment entretenir la motivation de l’enfant (ou de l’ado) tout au long de l’année scolaire ? Allez-vous lui offrir une récompense à chaque exercice ? Non, bien sûr. On entend souvent dire que la récompense est le plaisir du travail accompli. Oui, mais le chemin pour y arriver nécessitera votre aide, du moins au début. Un contrat (moral ou écrit) entre vous et l’enfant sera alors très utile. L’idée d’un contrat écrit peut sembler extrême pour l’adulte. Étrangement, les enfants aiment cette idée pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les enfants (et les adolescents !) sont rassurés par ce qui est constant et clairement énoncé. De plus, ce contrat sera une nouveauté et il ne concernera pas uniquement l’enfant mais également les parents ! De quoi plaire aux enfants ! Non parce qu’ils sont des sadiques pouvant enfin imposer leurs lois mais parce qu’il y sera question d’équipe et non de l’enfant tout seul.  

Comment ce contrat aide-t-il l’enfant ?
Il s’agit d’un repère qui rappelle les nouvelles bases sans stipuler noir sur blanc que l’enfant “doit faire ses devoirs”! Notre contrat est bien plus subtil tout en étant plus précis ! Par exemple il stipule que (je vous donne des idées, à vous de compléter selon la situation) :
– l’enfant (ou l’adolescent) ne doit pas dire « j’y arriverai jamais », « c’est trop dur » etc
– le parent ne doit pas prononcer de phrases négatives («c’est normal que tu n’aies pas fini, tu as perdu du temps », « tu n’y arriveras pas si tu ne te concentres pas.»).
– dans le cas où une phrase négative, défaitiste ou agressive, soit prononcée, le contrat spécifie que le ‘jeu’ consiste alors pour les deux ‘joueurs’ à trouver comment exprimer la même pensée de manière positive. Cette petite astuce peut se révéler très efficace si elle est utilisée systématiquement. Concrètement, on se met en pause et on joue à ‘voir les choses à l’envers’. Exemple : « cet exercice de math est trop dur » se transforme en « il sera facile quand j’aurai vu le résumé du cours sur le livre ».
Une difficulté ? Rien n’empêche de se vider la tête avec une ‘pause minute’ comme respirer un bon coup à la fenêtre ou marcher les bras en l’air autour du salon.   

Comment rebooster la motivation de l’élève?
Rien de mieux qu’une réunion hebdomadaire entre les cosignataires du contrat (un truc de grand pour remédier aux difficultés et se féliciter des progrès). Nous la renommerons Brainstorming s’il aime l’anglais ou bien séance de félicitations. Oublions les ‘mise au point’, ‘compte-rendu’ ou pire, ‘séance de remédiation’ ! Il s’agira en tout premier de mettre l’accent sur ce qui a été fait, même si cela n’a pas fonctionné. Votre fille a passé 30 mn pour apprendre une petite leçon et pourtant elle n’a rien retenue ? On la félicite pour l’effort puis on voit, ensemble, comment modifier sa méthode de mémorisation.

Astuce 10 – Une vie saine

Trop de sucre énerve les enfants et un manque de sommeil diminue très fortement  la mémorisation et la concentration. Bon, voilà, c’est dit. On le sait tous, je ne vais pas insister.

Parlons de ce qui fâche : le temps passé sur les écrans. Pour les enfants adeptes du « pas de sport, que des écrans », le confinement est une aubaine ! Or, les conséquences sur la concentration de l’enfant sont dramatiques.

Du sport en salle. 
Faire de la gym douce en famille dans son salon fait du bien à tout le monde.Pour le côté fun, on peut tirer au sort pour savoir qui fera le prof de gym 😉  L’alternative est un replay des cours de gym sur C8.

La meilleure recette pour des devoirs aux petits oignons. 

Maintenant que vous avez les ingrédients, à vous de les ajuster pour réaliser la recette adaptée à votre enfant. A-t-il besoin d’une seconde pincée d’organisation ou d’un supplément d’exercices de concentration ? Ensuite, laissez mijoter une semaine avant de remuer tout ça pour faire le point avec le petit chef. Ensemble, améliorez la recette.

Les changements ne se feront pas en un jour, mais ça vaut vraiment le coup de prendre le temps et d’apprendre à nos enfants à devenir autonomes. Le bien-être (pour l’élève et le parent) gagné plus tard est sans comparaison.

Vous avez lu l’article en entier, bravo ! Pour le relire tranquillement, recevez-le avec le test de mémoire et les exercices ludiques pour travailler la mémoire et la concentration  :

 

Et chez vous, comment se passe les devoirs en cette période délicate ? Bien sûr, si vous avez une astuce personnelle, dites-nous tout ! 
Question qui fâche : est-ce que le papa en confinement participe davantage aux devoirs (ben oui, habituellement, c’est quand même souvent maman qui s’y colle !) ? Racontez-nous dans les commentaires.

Si cet article vous a un peu aidé, partagez-le sur les réseaux sociaux pour aider d’autres parents en cette période d’école à la maison pour tout le monde.
Delphine

La flèche grise à droite vous ramènera vers la barre du menu. Vous y trouverez les ASTUCES, très utiles pour certaines matières (lecture cp, grammaire ce et cm), etc.

comment faire les devoirs

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vos commentaires ou vos pensées du jour, c'est ici